Dior Homme AH 2017-18

Samedi 21 janvier 15 h, le rendez-vous était donné au Grand Palais. Toute la planète people et mode s’empressait d’assister à la collection masculine automne-hiver de Dior. La saison dernière la New Wave était le fil rouge. Elle se perpétue cette année mais joue sur un nouveau mélange des genres, entre streetwear rock et sartorial, entre gabber et candy boy. Kris Van Assche – directeur artistique de Dior Homme depuis 2007 – ponctue la collection de touches de couleur plus vives faisant référence aux rave parties des années 90. Une collection baptisée #HarDior.

 

Les couleurs

Une collection majoritairement noire, dans un style new wave, qui s’accompagne de couleurs vives et acidulées, à la façon rave party, comme le bleu turquoise qu’on retrouve en pull en maille col roulé ou en manteau en fourrure. Le rouge vient en accessoires à l’instar de gants ou en total look : costume cintré et ajusté à la Dior et un pantalon coupe droite. L’orange vif quant à lui se porte en manteau droit sans manche, en trench ou en gilet, et vient également teinter l’intérieur de certaines pièces. Seule couleur qui n’apparaît qu’une fois, la parka blanche, comme le flocon de neige de la collection. Enfin les imprimés représentants des hommes en plein concert, signés Dan Witz, viennent conclure le show et sont apposés sur des bombers, costumes, capes et sacs.

Les coupes

Kris Van Assche a décidé de mélanger les coupes. « Plutôt que d’accepter cette idée que le tailleur est sur le déclin, que les gens ont envie de porter des sweat-shirts et des jeans, je revendique un nouveau tailleur, qui peut parler aux jeunes » exprime t-il. On passe donc du slim à l’oversize. Un esprit rave / new wave comme l’an passé, du street au sartorial. En haut il ajuste la silhouette, avec des coupes cintrées et des ceintures, en bas il élargit la coupe et passe en mode streetwear, style skater. Il raccourcit ainsi le pantalon laissant apparaître les chaussettes blanches et mettant en valeur les sneakers. Tout y est.

Les détails

On retient tout d’abord les sacs, pour la plupart noir, qui se portent de différentes manières : sac à dos, sac à main, bandoulière. Kris Van Assche n’oublie pas le côté rock et accessoirise sa collection de chaîne, pendantes sur le côté ou autour du coup. Les gants en cuir viennent comme un hommage à Monsieur Dior, tout comme le collier porte bonheur revisité en key-chain. Les lunettes, comme à leur habitude ont cet aspect très symétriques. On laisse également apparaître les surpiqûres et accentue les rayures qu’il croise verticalement et horizontalement.

Mes coups de coeurs

Mes 2 ensembles préférés

Le manteau sans manche orange

dior-homme-ah-17-18-compte-rendu-hero-paris-blog

Les lunettes

dior-lunette-ah-17-18

Ma critique

Dior s’impose une nouvelle fois comme une marque créatrice de tendance. Elle continue de faire ce qu’elle fait de mieux, le mélange des genres. Un jeu permanent de contrastes pour renforcer les idées et atténuer les références. Une collection qui ne peut que plaire au public puisque tout y est : coupe droite, cintrée, oversize, skinny, slim… style streetwear, sartorial, dandy, urban chic… Dominée par cette tendance chère à Kris Van Assche, la new wave, la Maison fondée en 1946 impose son nouveau style et s’adresse en effet aux jeunes.

Heirama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *