Dior, les tendances printemps-été 2016

Inspiration Dior Homme pour ce Printemps Été 2016

Depuis 2001, la collection masculine de la maison Christian Dior se nomme Dior Homme. Un changement opéré par Hedi Slimane, alors directeur artistique de la collection homme anciennement intitulée Christian Dior Monsieur depuis les années 1970. Un nom comme aime les faire Hedi Slimane, plus moderne et plus transgressif à l’image de ses collections. De 2001 à 2007, le directeur artistique a instauré son style à la maison, qui paraissait trop classique. Il y a donné des touches plus rock en s’inspirant de la jeunesse rock anglaise des années 2000 avec l’introduction de coupes plus slim, des blousons en cuir et des accessoires. Les vêtements et les mannequins sont alors plus élancés et fins. Ce bouleversement de la maison Dior Homme a complètement changé l’image conservatrice qu’on lui accordait.

Ce basculement se poursuit depuis 2007, avec le successeur d’Hedi Slimane : Kris Van Assche, son ancien assistant. Depuis près de neuf ans maintenant, Kris Van Assche incorpore dans ses silhouettes un coté plus athlétique en mêlant les codes bourgeois, streetwear et un style plus minimaliste. Les mannequins, eux, gardent toujours leur physique juvénile et défilent au rythme de musiques électro, plus en phase avec l’image moderne de la marque.

Défilé Dior Homme Printemps-Été 2016

 

La maison Dior Homme inspire beaucoup le vestiaire masculin depuis son renouvellement. De la scène rock aux célébrités comme Jude Law, elle est même admirée du couturier Karl Lagerfeld qui a suivi un régime pour pouvoir rentrer dans les costumes d’Hedi Slimane.

Les tendances

Interview de Kris Van Assche Dior TV

« Après l’hiver, j’avais envie d’une collection beaucoup plus colorée, beaucoup plus « week-end friday wear ». J’avais envie de travailler le sportwear de façon inattendu. La couleur pour moi ce n’est pas quelque chose d’évident mais j’ai fait une belle rencontre artistique avec une céramiste : Kristin Mckirdy, dont j’aime beaucoup le travail. Comme moi, je pense, elle a quelque part un problème à incruster de la couleur dans son travail, elle le fait de façon inattendue et presqu’un peu caché.
J’ai toujours aimé que la mode masculine soit une accumulation de codes, les hommes aiment s’approprier des codes pour s’approprier des groupes. Il y a des codes, comme je l’ai dit très « week-end ». Les blazers et les dessins dans la maille sont pour moi une vraie référence bourgeois. Mais on mélange ça avec des éléments beaucoup plus streetwear. Le bomber avec sa doublure orange qui est une grande inspiration ou le camouflage qui, pour moi, n’a plus rien à voir avec quoi que ce soit d’armée mais qui est devenu un classique streetwear, tout comme le denim. Et que j’emmène vers un univers sartorial. J’aime bien tous ces codes, les mélanger, parce que je pense que c’est ça aussi la jeune génération : elle connaît les codes, elle connaît les règles de l’élégance. Elle en fait son propre jeu, son propre mélange. C’est ça qui est intéressant. »

Romain
heroparis-mode-romain-2

Photos :
© Madame Figaro
© Vogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *